Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes nos actualités > MAÏS SEMENCE : Les stratégies pour optimiser la conduite d’une culture à forte valeur ajoutée

MAÏS SEMENCE : Les stratégies pour optimiser la conduite d’une culture à forte valeur ajoutée

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Couvert semé dans le maïs semence à base de Navette, Phacélie et Trèfl e incarnat (Saverdun, novembre 2020)

L’Ariège est de plus en plus attractive pour les semenciers, avec des agriculteurs très performants techniquement et un contexte climatique propice à la production de maïs. La surface en maïs semence en augmentation depuis 3 ans, était de 4 600 hectares en 2021. Aujourd’hui le changement climatique, la fertilité des sols, une culture souvent menée en monoculture, la liste des produits phytosanitaires réduite ou avec de fortes contraintes d’utilisation, sont autant de point qui demandent une adaptation de la technicité des producteurs ariégeois. Quelles sont les stratégies possibles ?

Réussir le désherbage avec un unique passage en post-levée précoce.


La stratégie de désherbage en post-levée précoce permet de faire un seul passage avec deux herbicides : un racinaire et un foliaire. Ces produits, avec des modes d’actions complémentaires, permettent de faire face aux levées échelonnées.


Cette application se fait au stade 2-3 feuilles du maïs. Les interventions après le stade 4 feuilles risquent d’engendrer des problèmes de phytotoxicité sur le maïs, variable selon la sensibilité des variétés. Cette pratique diminue donc le nombre de passages (-5 à -10 €/ha) et l’IFT herbicide (-25%) en diminuant la dose de produits appliqués.


Cette technique aux nombreux avantages ne peut fonctionner qu’en étant très rigoureux dans les conditions d’interventions :

  • Intervenir avant le stade 2 feuilles des adventices, sur une parcelle sans gros problème d’enherbement,
  • Traiter dans de bonnes conditions climatiques, 80% de la réussite de votre traitement : sol humide, absence de vent, hygrométrie entre 60 et 95%, températures poussantes (minimales supérieures à 10°C et maximales inférieures à 25°C).


Quelques exemples de programmes en post-levée précoce pour une pression moyenne en flore mixte annuelle et graminées estivales : - ISARD (0.8 L/ha) + CAPRENO (0.2 L/ha) + Huile ACTIROB B (1.5 L/ha) (environ 65 €/ha) - CAMIX (2.5 L/ha) + ONYX (0.5 L/ha) (environ 45 €/ha).


Certaines adventices posent des problèmes de santé publique : le datura toxique à la consommation et l’ambroisie dont le pollen est dangereux pour la santé. Une attention particulière doit être portée à la gestion de ces mauvaises herbes dès l’apparition des premiers individus. La maîtrise des adventices : une condition de réussite du maïs semence.

L’irrigation : piloter les apports

Le maïs semence est une culture exigeante en eau, mais qui la valorise très bien. Un stress hydrique démarrant avant floraison ou intervenant pendant la fl oraison a des répercussions sur la fécondation et donc le rendement. Le maïs semence, peu végétatif pour certaines variétés, a des besoins en eau moins élevés que des maïs grain très végétatifs.


Pour piloter l’irrigation, des outils d’aide à la décision (OAD) existent comme les sondes tensiométriques (mesurent l’état de sécheresse du sol à différentes profondeurs), les sondes capacitives (mesurent l’humidité contenue dans le sol à diff érentes profondeurs) ou encore l’outil Irré-Lis développé par Arvalis-Institut du végétal (pilotage par bilan hydrique).

Cette année, l’équipe agronomie de la Chambre d’Agriculture de l’Ariège suivra six parcelles de référence en maïs semences équipées de sondes tensiométriques et répandus sur toute la zone de production. Ces semis serviront comme chaque année de base au conseil irrigation pour le maïs semence, qui sera publié dans le bulletin irrigation chaque semaine de la mi-juin à la mi-septembre.

À partir de cette année, ce bulletin diffusera également les données d'un réseau de stations météo qui s'est largement enrichi avec les stations de la Chambre d'agriculture et du syndicat des producteurs de maïs semence.

Les couverts semés à la volée dans le maïs semence : une technique qui permet de gagner du temps et de valoriser l’irrigation en place

Le semis de couverts directement dans le maïs semence permet un développement plus précoce des couverts et de profiter des derniers tours d’eau pour faciliter leur levée. Les couverts sont ainsi épandus à la volée, après le broyage des mâles, idéalement mi-août, le plus souvent à l’aide d’un Delimbe monté sur la castreuse ou sur un quad.


Exemple de couverts testés en Ariège :

  • Mélange « engrais verts » : Trèfle incarnat (12 kg/ha) Phacélie (2 kg/ha) Navette (3 kg/ha)
  • Mélanges « à pâturer » : Trèfle incarnat (10 kg/ha) Raygrass italien (6 kg/ha) Navette (1 kg/ha) (ou RGI (12 kg/ha) et Navette (5 kg/ha))


Pour cette pratique, une attention doit être portée aux rémanences des herbicides en particulier avec les tricétones. Les légumineuses sont en effet très sensibles aux mésotriones (Camix, Callisto, Calaris, Nikita, Elumis, …), aux sulcotriones (Diode, Souverain od, …) et aux tembotriones (Capreno, Laudis, …) même si cet effet est moindre. Le Camix à 2,5 l/ha en post levée précoce peut même avoir un impact sur le couvert. La TCM (Thiencarbazone-méthyl) présente par exemple dans le Capreno est, elle aussi, persistante.

La Chambre d'agriculture de l'Ariège est agréée par le Ministère en charge de l'Agriculture pour son activité de conseil indépendant à l'utilisation des produits phytopharmaceutiques sous le n°IF01762, dans le cadre de l'agrément multisites porté par l'APCA.