Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes nos actualités > Grandes cultures

Grandes cultures

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Approfondissez-vous !!

Bêche et couteau à la main, Frédéric Thomas, agriculteur en Sologne et acteur incontournable de l’agriculture de conservation des sols, a fait part, avec son franc parler, de son diagnostic et de ses conseils sur l’état des sols de l’exploitation de David Comminges à Sainte-Suzanne après une présentation en salle sur les couverts végétaux. Une centaine de personnes étaient présentes pour participer aux travaux.

Frédéric Thomas revient sur les points clés de cette journée technique.

L’intérêt agronomique des couverts végétaux est aujourd’hui reconnu mais quelles sont les clés de réussite dans le modèle économique d’aujourd’hui ?

On va raisonner « couverts » pour structurer et alimenter le sol. En élevage, on parle de ration. Pour le sol, c’est pareil, on travaille avec du vivant. Il faut aussi le nourrir. La source d’énergie, c’est la photosynthèse. Pour développer l’activité biologique de notre sol, il faut également limiter les impacts négatifs : travail du sol intensif, traitements phytosanitaires… mais toujours dans une logique économique.


Choisir des couverts multi-espèces : à chacun son mélange


Le choix du couvert doit être réalisé au regard des contraintes sur les dates de semis, l’itinéraire technique et surtout en anticipant la destruction du couvert et l’implantation de la culture suivante. Les couverts doivent être conduits comme une culture : soigner la qualité du semis et ne pas sous-doser. Les mélanges d’espèces en couvert apportent  les avantages de chacune des espèces :  :  l’avoine rude pour sa biomasse et sa gestion du salissement, les légumineuses pour la fixation de l’azote atmosphérique, le tournesol pour sa résistance hydrique, le radis chinois pour son effet mobilisateur d’azote , la phacélie pour son rôle structurant sur les argiles et qui va chercher la potasse dans les résidus, accélérant ainsi leur dégradation.Cette protection du sol, doit également nous amener à avoir une approche différente du salissement de la parcelle. Pour cela, il faut des couverts « agressifs », à développement rapide, concurrentiel des adventices, avec une production de biomasse d’au moins 4 à 5 tonnes de matière sèche. L’idée n’est pas de lutter contre la nature qui fera toujours pousser quelque chose, c’est de choisir ce qui va pousser.


Les couverts : des réserves nutritives à valoriser


Les couverts  améliorent la biodisponibilité des nutriments pour la culture suivante mais ils n’augmentent pas le stock de matière organique de votre sol. S’il y a une carence avérée, en cuivre, souffre ou magnésie par exemple, il faudra la corriger. La matière constitutive des couverts est une source d’énergie et de nourriture pour les cultures. En semis direct sous couvert, les courbes de minéralisation sont différentes de celles en situation de travail du sol. En travaillant le sol, la minéralisation rapide de la matière organique est activée, le labour entraîne un flush de minéralisation. La difficulté à contourner avec les couverts et la diminution du travail du sol est de gérer cette dynamique de minéralisation de la matière organique. En situation d’élevage, la meilleure pratique pour améliorer la fertilité des sols est de faire pâturer les couverts.

 

Durant cette journée technique, vous avez  fait « parler » trois profils sur trois parcelles différentes. Suite à ces observations , quels itinéraires techniques préconisez-vous?

Le premier profil est un sol qui montre une très nette discontinuité vers 30 cm. C’est la trace de l’ancien labour, même s’il n’y a plus de labour sur l’exploitation depuis plus de 15 ans. La parcelle est en couvert de trèfle d’Alexandrie et Moha, implanté après un soja. Les dix premiers centimètres du sol ont une structure grumeleuse, bien prospectée par les racines, mais au-dessous, la structure est anguleuse et les racines se concentrent à la surface de ces blocs. Le sol n’est pas prêt pour le semis direct. Il faut passer une dent en profondeur avec un outil de type décompacteur ou ameublisseur pour aider les racines à pénétrer le sol en profondeur.

Sur le second profil, la structure est très aérée, voire trop ! Le sol est prêt pour le semis direct. La parcelle est actuellement en couvert de féverole et de phacélie. Au printemps, je préconise un passage du semoir monograine à vide, dans le but de réaliser un pré-traçage, puis le semis du maïs avec ce même outil.

Sur le troisième profil, le sol est assez noir, friable, grâce notamment à l’enrichissement de la matière organique en surface. C’est la conséquence des quelques années de travail du sol simplifié. Ce sol commence à reprendre de la verticalité. Il a passé le gué ! On peut voir les racines du couvert d’avoine-vesce descendre à 50/60 cm en profondeur. Après la zone non travaillée, les racines ont plus de mal à migrer. C’est l’activité biologique qui assurera cette descente. La culture suivante pourra facilement se développer et atteindre les nutriments. Je préconise simplement le passage d’un strip till pour organiser le lit de semence.
Un autre conseil que je peux donner est d’alléger le travail de l’ameublisseur en retirant une dent sur deux. Le travail sera suffisant pour ces sols, et sera moins gourmand en temps et en carburant.

Comment passer cette période de transition entre techniques traditionnelles et une agriculture de conservation des sols ?

Pendant ces trente dernières années, nous avons produit en force avec des rendements importants contre une dégradation des sols. Les cultures de tournesol et pois ont  des rendements qui se sont complètement effondrés malgré le travail génétique sur les semences. Cet exemple illustre bien ce propos. Il faut à présent retrouver la verticalité dans nos sols. Se poser ces questions, c’est déjà faire un tiers du chemin. En fonction de l’état structural et biologique de votre sol, c’est à vous d’adapter votre itinéraire technique et le choix des cultures. N’hésitez pas à faire des essais pendant plusieurs campagnes. Ça se peut que vous ayez « la »  bonne idée qui malheureusement ne fonctionnera pas cette année-là et vice versa, « la » mauvaise idée qui fonctionne une année.

J’utilise souvent cette expression de « passer le gué ». Celle-ci illustre bien cette volonté d’avancer vers un autre fonctionnement mais cette transition peut s’avérer inconfortable et compliquée. Il faut réussir à garder le cap et à sortir de l’autre côté du gué. Il ne faut pas reculer. Ce qui n’est pas possible aujourd’hui, sera possible demain. La réaction des sols est lente, il faut accompagner chaque parcelle.

L’agriculture de conservation vous permettra de produire plus, avec moins, donc un meilleur revenu.

Ne cherchez plus à vous agrandir : approfondissez-vous ! A vous maintenant de passer le gué !

 

Agrodays : fin de la saison 1

Pour la dernière journée des AgroDays, les agriculteurs des associations Conser’Sols et Bois Paysan vous donnent rendez-vous le jeudi 23 mars pour une présentation de leurs travaux sur leur exploitation. Nous vous attendons nombreux !

Cette journée s’inscrit dans le cycle des journées agrodynamiques. Projet soutenu dans le cadre de l’appel à projets pour l’animation des GIEE reconnus en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, et de l’appel à projets de communication sur le plan ECOPHYTO en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées. Ce plan est piloté par le ministère en charge de l’agriculture et le ministère en charge de l’écologie, avec l’appui de l’office national de l’eau et des milieux aquatiques, et bénéficie de crédits issus de la redevance pour pollutions diffuses.