Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes nos actualités

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Etre acteur de ses choix pour son projet de transmission

Retrouvez le témoignage de M. et Mme Birebent

« Il y a 40 ans, j’étais accompagné par la Chambre d’agriculture pour mon installation » expliquait en introduction Robert Birebent, retraité agricole. C’est dans cet état d’esprit que lui et son épouse Françoise, ont décidé de franchir le pas de la transmission en se tournant vers nos services. « Tout a commencé par la journée Transmission organisée en 2016 aux Forges de Pyrènes. Tout s’est ensuite passé très vite. En un mois et demi, notre dossier était bouclé. Nous avons travaillé conjointement avec la Chambre d’agriculture, la Safer, le CERFRANCE mais aussi le notaire qui a pris part à la réflexion ».
Robert Birebent est aujourd’hui retraité depuis cinq ans. Sa femme Françoise est toujours en activité avec 100 brebis viande sur 56 ha de foncier à Aigues-Vives. « Dans les années 80, nous avons subi le choc de l’élevage ovins. Pour y faire face nous avons développé une activité de tourisme vert en créant un camping à la ferme. Cette activité a très bien fonctionné. Une société avait été créée pour la gestion du camping. Il y a trois ans, nous avons fait les mêmes démarches auprès de la Chambre de commerce, nous permettant de céder cette activité dans les meilleures conditions possibles ».

Robert et Françoise souhaitent rester maître du choix de leur successeur. « Nous voulions trouver un repreneur avec la même philosophie, en bio, en élevage… Et pour tout cela, je voulais surtout être accompagné par la Chambre d’agriculture. La transmission peut être comparée à du sport. Un jour ou l’autre, le corps et l’esprit nous disent d’arrêter. Pour l’activité professionnelle, c’est pareil, il faut se préparer pour transmettre dans de bonnes conditions, choisir les bonnes personnes… ».

Thierry Triscos, conseiller Transmission a réalisé un Audit, étape nécessaire pour établir un diagnostic de l’exploitation à céder. « Cette étude est subventionnée par le Conseil régional. Le reste à charge a été payé grâce au chéquier conseil du Pays Pyrénées Cathares. Une initiative des communautés de communes du Pays Cathare très importante pour la concrétisation de projets en faveur de la transmission ». L’offre de transmission a ensuite été conjointement bâtie avec l’aide du conseiller. En parallèle, Robert et Françoise ont reçu quatre visites par l’intermédiaire de la Safer, qui n’ont finalement pas donné suite « des personnes très sérieuses mais avec des profils différents de ce que nous recherchions ». C’est un couple, intéressé par l’offre diffusée sur le site du Répertoire Départ Installation de la Chambre d’agriculture, qui a retenu tout l’attention des futurs cédants « nous ne recherchons pas de clone, mais nous restons attaché à une continuité de notre système. Le couple a pour projet la création d’un atelier de volailles fermières en complément de l’élevage ovins existant pour assurer la viabilité économique des deux associés. Un projet également soutenu par le maire de la commune ». Le choix des repreneurs est aujourd’hui acté mais la vente n’est pas encore réalisée à ce stade. Les candidats à l’installation devront au préalable obtenir l’accord bancaire ainsi que l’attribution de la Safer pour la vente du foncier.

Robert et Françoise soulignent la nécessité d’être accompagné pour cette étape de la vie d’une entreprise « tout est pensé par des experts et des conseillers, c’est essentiel ».
A présent, le couple de futurs retraités a d’ores et déjà des projets plein la tête « nous allons conserver 7 ha et 10/12 brebis pour ne pas perdre la main, mais aussi faire du vélo, voyager en camping-car, faire ce que nous n’avons pas pu faire jusqu’à présent. Les retraites agricoles sont très faibles, la vente de notre capital est donc essentielle pour notre vie de retraité ».

Par leur implication dans ce projet de transmission, Robert et Françoise Birebent sont aussi acteurs dans le dynamisme du territoire et de la vie économique du département. Une volonté aussi très ancrée dans leur état d’esprit « Il y a 40 ans, on nous a fait confiance. Aujourd’hui, c’est deux nouvelles familles qui s’installent à partir de ce que nous avons créé, développé, fait fructifier. C’est un plus pour la commune, pour le développement de notre département ariégeois » concluait Françoise Birebent.

Gaëlle Comminges

Programme réalisé avec le concours financier du CasDAR.