Vous êtes ici : Accueil > Publications > Le travail dans l’exploitation agricole (Phase 3)

Le travail dans l’exploitation agricole (Phase 3)

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Approche méthodologique à l’usage des techniciens et conseillers agricoles pour aborder la problématique travail et son organisation dans l’exploitation agricole

Phase 3 - Analyser le problème

Avant de privilégier une solution plutôt qu’une autre, il est nécessaire d’analyser la situation de l’agriculteur. Pour cela le conseiller ou le technicien doit :

Dans un premier temps , analyser l’exploitation dans son ensemble, le « travail » n’étant qu’un élément d’un ensemble complexe. Il convient de procéder à une approche globale de l’exploitation

« Le Travail » dans l’exploitation agricole ne peut pas être étudié en tant que tel. Il est un élément indissociable d’un système complexe où une ou des personnes agissent et décident en vue de satisfaire des finalités qui leur sont propres, dans un environnement donné.

L’étude du fonctionnement de ce système par l’approche globale est fondée sur deux principes-clés :

  • l’exploitation agricole est vue comme un système,
  • les agriculteurs ont de bonnes raisons de faire ce qu’ils font.

 

Puis, réaliser un diagnostic sur le travail et son organisation dans l’exploitation agricole

 

Plusieurs outils sont disponibles. Le conseiller ou le technicien choisit le ou les outils les mieux adaptés à la situation :

  • Un outil de prédiagnostic individuel (source : AREFA Midi-Pyrénées avec l’appui de l’Institut de l’Elevage)

 

Le prédiagnostic "travail", réalisé par l’AREFA avec l’aide de l’Institut de l’élevage, est un outil d’aide à la décision volontairement généraliste, privilégiant une approche plus sociologique que technico-économique. L’objectif n’est pas de faire un diagnostic exhaustif de la situation mais de balayer les différentes composantes de l’exploitation afin de positionner la problématique "travail" de l’agriculteur.

Il se déroule sous la forme d’un entretien semi-directif individuel, d’environ deux heures, privilégiant la libre expression de l’agriculteur sur ses aspirations en termes de qualité de vie et ses ressentis autour de la problématique "travail" dans son exploitation.

Il n’a pas vocation à apporter des solutions toutes faites. Il est donc souhaitable de le prolonger par un diagnostic plus approfondi de type "bilan travail", "diastel", "traviescope", ou autre... puis faire l’objet d’un accompagnement vers la recherche de solutions individuelles ou collectives (voir phases 4 et 5 de la démarche).

Le document se décompose en trois parties :

document de restitution en 16 pages pour servir de canevas d’entretien et retranscrire ce dernier,

document de synthèse en 4 pages résumant les points forts, les contraintes, les freins et les marges de progrès identifiés par le conseiller ainsi que les pistes de réflexion,

fiche de suivi permettant de noter les interventions et démarches mises en oeuvre ou solutions apportées suite à l’entretien

  • Un outil d’animation de groupes d’agriculteurs au début de leur réflexion : Traviescope (source : TRAME)

Il s’agit d’un outil d’animation, adapté pour des groupes d’agriculteurs au début de leur réflexion.

 Il permet aux membres du groupe de faire le point rapidement et de façon globale sur la question du travail dans leur exploitation, en comparant la situation actuelle à la situation souhaitée pour l’avenir selon cinq axes :

  • le temps de travail,
  • les conditions de travail,
  • la qualité de vie,
  • l’organisation et les relations dans le travail,
  • l’équipement.
  • Un outil de diagnostic individuel simplifié pour les éleveurs laitiers : Diastel (source : EDE de l’Aveyron, Institut de l’Elevage) présentation de l’outil Diastel, questionnaire Diastel , exemple d’une grille de dépouillement


Il s’agit d’un outil de diagnostic individuel simplifié, pour les éleveurs laitiers. La méthode et l’outil ont été élaborés à partir d’expressions d’éleveurs laitiers aveyronnais choisis pour représenter la diversité des systèmes laitiers (dimension de l’exploitation, région, âge de l’exploitant, système de production, mode d’exploitation, etc.)

 

L’éleveur doit renseigner un questionnaire de préoccupations liées au travail (47 questions). Ses réponses permettent de le positionner par rapport à une typologie de profils :

 

  • le simplificateur,
  • l’organisé,
  • l’éleveur.
  • Un outil complet de diagnostic individuel : le Bilan travail (source : INRA - Institut de l’Elevage)

 

Plutôt adaptée aux élevages, la méthode permet de définir et quantifier différents types de travaux et d’étudier leur répartition sur l’année dans l’exploitation. Elle identifie pour toutes les personnes qui y participent (bénévoles compris) :

  • le travail d’astreinte,
  • le travail de saison,
  • le travail rendu en contre partie de l’entraide.

Elle permet ainsi d’estimer le temps restant disponible une fois ces travaux accomplis.

  • Pour aller plus loin dans la conception ou la correction des situations de travail : Approche ergonomique

Elle consiste à prendre en compte le facteur humain dans la conception ou la correction des situations de travail, avec des objectifs d’efficacité, de productivité/fiabilité, de qualité, de sécurité ou d’amélioration des conditions de travail.

Elle se fonde sur :

  • les connaissances scientifiques dont on dispose sur l’organisation du travail et le fonctionnement de l’homme au travail,
  • l’observation du travail in situ,
  • la recherche du meilleur compromis entre les exigences du travail et les conditions de sa réalisation.

L’issue de cette phase doit permettre à l’agriculteur d’explorer des solutions

internes à l’exploitation (voir la phase 4)

externes à l’exploitation (voir la phase 5)