Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes nos actualités > UNE CAMPAGNE D’IRRIGATION 2022 TENDUE : marquée par des conditions météo exceptionnelles

UNE CAMPAGNE D’IRRIGATION 2022 TENDUE : marquée par des conditions météo exceptionnelles

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La campagne d’irrigation 2022 aura démarré dès le printemps avec des conditions météo chaudes et sèches, qui perdurent jusqu’à ce début août, marqué par plusieurs épisodes de chaleurs et de sécheresse rarement vus les années précédentes. Les cultures comme les installations d’irrigation, et surtout les agriculteurs, sont mis à rude épreuve …

Dès le mois d’avril, l’irrigation a démarré avec les céréales à paille dans la basse vallée de l’Ariège, grâce à une ouverture plus précoce des stations et des réseaux du SIAHBVA.

L’équipe agro de la Chambre d’Agriculture de l’Ariège a ainsi pu mesurer un gain de 10 q/ha sur une parcelle de blé améliorant à Labatut, grâce à 2 apports de 25 mm, mi-avril et mi-mai.
Le mois de mai, bien plus estival que les années précédentes, a ensuite forcé les irrigants à démarrer tôt leurs tours d’eau, rendus indispensables à la levée du maïs et à l’optimisation des engrais azotés.

Hormis quelques rares épisodes pluvieux début et fin mai, puis fin juin et fin juillet, les cultures d’été ont subi plusieurs vagues de chaleur et de sécheresse. On a ainsi connu des niveaux record d’évapotranspiration la semaine du 14 juillet, avec 8 à 9 mm par jour! A un tel niveau, et sans orages, difficile de compenser les consommations des cultures, même avec les meilleurs équipements…

Des conditions météo 2022 exceptionnelles dans la basse vallée de l’Ariège…
(source : Météo-France)

 

Si le niveau des retenues de Montbel, Mondély et Filheit étaient satisfaisants en début de campagne (95 % à 100 % de remplissage), et qu’elles continuent encore aujourd’hui à remplir leurs objectifs, les conditions climatiques sont telles que des restrictions ont dû être prises par la préfecture de l’Ariège. Depuis le 25 juillet pour les rivières non-réalimentées (Touyre, Douctouyre, Countirou…) où des calendriers de tours d’eau sont mis en place pour limiter les prélèvements (restrictions à 50%) : ces faibles affluents de l’Hers-Vif ne peuvent plus garantir des ressources suffisantes.  Et depuis ce lundi 1er août sur la rivière Ariège, c’est un jour d’interdiction par semaine (restrictions à 15%), une première depuis 2017 ! Le soutien d’étiage de la Garonne est en jeu : il est assuré principalement par les barrages EDF de Haute-Ariège. Néanmoins, cette eau qui transite par l’Ariège est destinée uniquement à la Garonne. Ainsi, les débits mesurés à Auterive doivent tenir compte de ces lâchers d’EDF, historiquement élevés, et la situation est telle que malgré ce soutien, le Débit Objectif d’Etiage de la Garonne à Portet-sur-Garonne n’est pas totalement atteint. Les débits de l’Ariège, une fois retirés ces lâchers pour le soutien d’étiage de la Garonne, sont donc trop bas.

Le point positif qu’on retiendra de cette campagne : une avance de 10 à 15 jours des cultures d’été. A ce rythme, les irrigations des maïs conso commencent donc à se terminer et les récoltes de maïs semences et de soja seront cette année bien en avance…

Cette saison 2022 restera donc dans les mémoires et avec le changement climatique, il est à craindre que les fortes températures de 2022 deviennent la norme.
De telles conditions doivent nous amener à réfléchir sur la conduite de l’irrigation, mais également sur la re-conception des systèmes de cultures, avec plus de rotations et l’irrigation des cultures d’hiver mais aussi du tournesol, dont les surfaces ont augmenté cette année.

Et pourquoi pas envisager de nouvelles solutions avec l’agroforesterie ?

 

Système agroforestier associant du maïs semences et des noyers (plantation 8 m x 15 m)

dans l’Hérault- © Chambre d’Agriculture de l’Ariège - juillet 2022

 

 

 

Stanislas POUDOU & Aurélie CABIROL