Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes nos actualités > Plantations de haies : Olivier Portefaix explique les plus-values

Plantations de haies : Olivier Portefaix explique les plus-values

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Installé à Saverdun, Olivier travaille avec ses 50 mères de race Limousine pour 100 ha de surface dont 30 ha de cultures. . Les vêlages ont lieu tout au long de l’année et la viande est commercialisée en vente directe.

Localisation : plaine

Productions de l'exploitation : polyculture élevage en agriculture biologique

Quel est le rôle de la Haie dans tout ça ?


"Je suis dans une démarche globale et engagée sur mon exploitation, et je souhaitais implanter du linéaire de haie pour apporter une réponse à mon contexte et mes enjeux.
Nous nous situons sur une zone très ventée, proche du Lauragais. Les haies plantées pourront protéger jusqu’à quatre fois leurs hauteurs mes cultures et mes prairies, en apportant un effet brise-vent et atténuation climatique non négligeable. Cela contribue aussi à mieux protéger mes bâtiments des extrêmes climatiques et favorise le bien-être global de mes animaux.

 

    


L’implantation de haies permet le maintien du paysage et participe à sa restructuration. Il est important ici en plaine, de récréer le maillage ligneux, afin de compenser les suppressions de ce dernier suite au remembrement des années 60/70. Ceci, tant pour le paysage que pour la biodiversité. En effet, la haie est un site parfait pour offrir le gîte et le couvert aux auxiliaires de cultures tels que les carabes, araignées, syrphes et autres prédateurs des ravageurs de cultures.
Bien sûr, une haie demande un entretien très régulier, et c’est d’autant plus vrai avec les bovins et leurs jeunes. Il faut réfléchir le projet en amont, savoir à l’avance comment protéger les plants et comment faire passer les machines sans rien abîmer. L’emprise de la haie ne doit pas empiéter sur mes clôtures électriques qui perdront alors en efficacité. Il faut vraiment rester vigilant sur ce dernier point au moins les cinq premières années de la plantation.

Je mets un point d’honneur à allier autonomie et résilience sur mon exploitation, et je pense que l’arbre aura son rôle à jouer à l’avenir. Je compte étoffer mon linéaire pour cet hiver 2020/2021, avec pourquoi pas une production des petits fruits pour mes produits transformés."