Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes nos actualités > Le paillage bois : l'alternative à la paille

Le paillage bois : l'alternative à la paille

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Comparatif et analyse

Les intempéries de ce printemps ont engendré une baisse conséquente des rendements en céréales au sein de notre département. Sur le reste de la France, la sécheresse est quant à elle responsable de forts déficits sur les fourrages et les céréales. Conséquences directes : un manque de paille pour les éleveurs et une flambée du prix de la paille au niveau national. Face à la difficulté à s’approvisionner, le paillage bois s’avère être une alternative sérieuse pour les exploitations agricoles. Aujourd’hui la paille se négocie, quand on en trouve, à 110 euros la tonne ; à l’inverse produire du paillage bois sur son exploitation revient à 45 euros de la tonne maximum.

En utilisant du paillage bois sur votre exploitation, vous réduisez au moins par deux vos charges liées à vos achats de paille.

Comment produire du paillage bois ?

- Il est nécessaire sur une exploitation agricole d’entretenir les haies et les bois, cela à un coût, qui peut être amorti en remplaçant la paille par du bois en litière animale.
- Les bois abattus sont ensuite débardés sur site de broyage par l’agriculteur lui même  ou par un service de débardage autre si les distances sont trop longues.
- Les bois sont broyés à partir d’avril lorsque les conditions climatiques sont favorables au séchage. Le broyage peut être effectué par un prestataire (cf. offre de service de la CUMA environnementale).

- Le paillage est épandu avant l’entrée des animaux sur 10 à 20 cm d’épaisseur. Une fois la couche de paillage bois installée, l’éleveur ajoute régulièrement de la paille. En mettant 15 cm de plaquette forestière, l’éleveur divise par deux sa consommation en paille.

Vous trouverez ci-contre la présentation de l'accompagnement proposé par la Chambre d'agriculture pour évaluer votre ressource, réaliser le chantier et suivre les résultats techniques.

Foire aux Questions sur le paillage bois

❚ Quel est le pouvoir absorbant du bois ? Le paillage bois a le même pouvoir absorbant que la paille : 1 tonne de bois = 1 tonne de paille.
❚ Quelles sont les principales particularités du paillage bois par rapport à la paille sur la mise en pratique  ? Pendant la période de séchage, la température dans le tas de bois monte à 60 degrés, il n'est donc pas nécessaire de remuer le tas de bois pour en maîtriser l’élévation de température. Le bois est prêt à être utilisé quand il est à 30% d’humidité. Une fois en place, cette température est légèrement plus faible avec du bois que sur les aires paillées.
❚ Le Bois est plus dur, est-ce que cela peut avoir des conséquences sur les membres de mes animaux et sur leur bien-être ? Le confort des animaux est identique à un paillage avec de la paille. Une expérimentation est en cours sur le bien-être animal au GAEC de Bellevue et GAEC de l’Espy (cf témoignages ci-dessous.)
❚ Mon objectif en tant qu'éleveur est d'utiliser le fumier produit pour amender mes terres. La valeur de fertilisation du paillage bois sera t-il identique ? La quantité produite sera t-elle identique ? Est-ce que je peux être contraint à certaines difficultés pour l'épandage ? Le fumier bois a les mêmes caractéristiques qu’un fumier paille et peut donc être épandu dans les mêmes conditions ou composté. L’apport en carbone  fumier sera bien plus élevé que pour un fumier classique et viendra largement compenser le manque de volume par rapport à la paille.
❚ J’ai une surface de 1 000 m² à pailler quelle quantité de bois me faut-il ? Pour une couche de 15 cm de plaquette forestière, j’ai besoin de 50 tonnes de bois (environ 75 stères)

Témoignages : Ils utilisent le paillage bois

Jean-Pierre et Agnès Ensales, associés du GAEC de l'Espy à  Castelnau-Durban

J’utilise depuis 5 ans le paillage bois dans les 1 000 m2 de ma stabulation. Je fais broyer 50 tonnes de bois tous les ans. Depuis que je pratique le paillage bois, je ne paille plus qu’un jour sur deux, j’en mets moins et mes vaches sont aussi propres qu’avec de la paille. Par contre, gros avantage elles ne s’enfoncent pas derrière la marche. J’économise environ 200 balles de pailles par an.
Le broyage est réalisé en une demi-journée, les plaquettes sont ensuite stockées dans ma stabulation pendant la période estivale lorsque les vaches sont à l’extérieur. En novembre avant de rentrer mes vaches, j’étale au godet et en une paire d’heures, tout est en place.
La Chambre d’agriculture m’accompagne dans la réalisation technique : en termes d’organisation de chantier, de quantité de bois à prévoir, le suivi du séchage etc.

Jean-Yves Bousquet, associé du GAEC de Bellevue à Mirepoix

Nous utilisons depuis deux ans des litières composées à 50 % de paille et à 50 % de bois broyé en plaquettes. Dans un contexte d’agrandissement de notre troupeau, nous économisons notre paille dans l'objectif de rester autonome.

Nous avons beaucoup de bois de haies sur l’exploitation, environ 30 tonnes par an  (50 stères) sont utilisés pour pailler les 600 m2 de la stabulation. Nous avons débardé nous-mêmes les bois cette année, le paillage bois a coûté 32 euros de la tonne et 2 jours de travail.

Quantité de paille économisée pour une stabulation de 600 m² : 120 balles de paille/an

Le service de broyage de la CUMA environnementale des vallées Cathares

❚ Adhésion obligatoire sur la durée d’amortissement
❚ Volume minimum d’engagement 10t/an
❚ Service broyage complet tracteur, grue, broyeur réalisé par le salarié de la CUMA
❚ Coût environ 25 euros de la tonne
❚ Débit : 10 t/heure
❚ Dimensions des bois : jusqu’à 40 cm de diamètre
❚ Type de chantier : bois alignés sur place de dépôt