Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes nos actualités > Le paillage bois en litière animale : une amélioration du bien-être animal

Le paillage bois en litière animale : une amélioration du bien-être animal

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le 26 novembre dernier s’est déroulée au GAEC de Bellevue (Mirepoix) la dernière journée technique Innov’action de l’année 2019 pour le département de l’Ariège. Elle clôturait une série de trois journées Innov’action ayant pour fil conducteur le bois au travers de l’exploitation agricole.

A cette occasion nous avons pu rappeler que le bois pouvait être utilisé sous différentes formes : bois bûches, bois d’œuvre etc…

 

Depuis plusieurs années, la Chambre d’agriculture de l’Ariège accompagne les exploitations agricoles sur la thématique du paillage bois en remplacement de la paille. La litière animale à base de plaquette forestière n’est pas quelque chose de nouveau si l’on regarde à l’échelle de la France. Cependant grâce au projet AGROSYL, nous avons poussé le test de l’utilisation du bois en litière avec un regard axé sur le bien-être animal ainsi que le comportement du cheptel avec ce type de paillage.

Un projet expérimental


L’expérience a duré  quatre mois. Pendant cette période, aucune distinction dans l’alimentation et les soins entre les deux lots.  Cependant au fur et à mesure de l’expérimentation, nous avons pu relever des différences sur certains points, dont le comportement des animaux.Dans le box équipé d’une sous couche de plaquette forestière, les vaches ont eu tendance à se coucher plus rapidement et un peu partout sur la surface du box. A contrario, sur le box 100% paille, le nombre de vaches couchées était moindre, mais concentré vers le fond de la zone.
Concernant la propreté et les blessures, il n’y a pas eu de distinctions entre les deux lots. Ceci peut s’expliquer par le fait que Brice Bousquet (un des membres du GAEC) est très regardant sur la propreté des animaux et accorde un soin particulier à ce que la stabulation soit confortable. En revanche, ce qui peut être noté, c’est le dernier point, la différence de température et d’humidité dans les deux lots. En effet, la litière normalement à base de paille est souvent chaude et humide. Ceci peut être notamment source de maladies telles que des mammites, etc…Or, il se trouve qu’il existe une différence notable entre une litière 50% plaquette forestière et 50% paille. En effet sur les mesures prises directement dans les box, nous avons pu noter une température moyenne de 21°C en 100% paille et 18°C sur un mélange bois/paille.  L’humidité (%) entre les deux box varie peu. C’est surtout la répartition de l’humidité qui est remarquable. En effet, dans le box 100% paille il y a une répartition homogène de l’humidité, soit environ 72% sur toute la surface. à l'inverse, sur le paillage mixte, la partie près de la marche présente une humidité proche de 71%, tandis que sur le fond du box les relevés indiquent une moyenne d’environ 68%.


Selon Brice Bousquet, « ces données sont peut-être faibles en différence. Pour autant, la différence s'est immédiatement ressentie sur le comportement des bêtes. En plus, nos observations montrent que derrière la marche les vaches ne s’enfoncent pas. Nous sommes ainsi en présence d’un matériau qui est à la fois portant et absorbant. Je pense qu’on y gagne notamment sur la réduction du risque d’infection. En effet, on sait que la plupart des infections sont liées au développement de moisissures et bactéries et que ces dernières préfèrent des litières chaudes et humides. Ces quelques degrés et pourcentage de différence ont un rôle important pour que les maladies ne se développent pas, ou moins ! Franchement on y gagne sur tous les plans. »
Pour conclure, une exploitation qui fait du paillage bois valorise du bois de faible valeur tout en entretenant les linéaires arborée, mais en plus améliore les conditions d’hivernage du cheptel. C’est un plus à la fois économique et en termes de bien-être animal. Pour savoir quels étaient les besoins en paillage bois, le GAEC a bénéficié d’un diagnostic Agro écologique via l’association Bois Paysan. N’hésitez pas à contacter les conseillers Forêt Arbres et Bois de la Chambre d’Agriculture.