Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes nos actualités > Formation: des agriculteurs temoignent

Formation: des agriculteurs temoignent

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Une large offre de formations existe, spécifique aux questions agricoles. Des formations techniques, stratégiques, pratico-pratiques et de courte durée, sont proposées tout au long de l’année et en particulier sur des périodes où l’activité agricole est moins dense

Le Saviez vous ?

Comme les artisans, commerçants, professions libérales, salariés des différents secteurs d’activité, vous cotisez tous les ans à un fonds d’assurance formation : VIVEA.
Les 590 000 contributeurs* abondent annuellement ce fond créé et géré par la profession agricole sur un principe mutualiste.
En tant qu’agriculteur et contributeur, vous avez donc droit à des formations dont les coûts seront pris en charge, pour tout ou partie, par ce fonds. Cette prise en charge peut s’élever jusqu’à 2000€ par an.

Une large offre de formations existe, spécifique aux questions agricoles. Des formations techniques, stratégiques, pratico-pratiques et de courte durée, sont proposées tout au long de l’année et en particulier sur des périodes où l’activité agricole est moins dense. Certains diront que la formation « c’est perdre du temps pour en gagner !! » mais c’est aussi gagner de l’argent en travaillant par exemple sur la réduction des intrants, l’autonomie alimentaire de vos troupeaux, l’évolution de vos pratiques pour répondre aux demandes des consommateurs et mieux valoriser vos produits. Notre objectif : proposer des formations qui répondent aux besoins de chacun !
Ne passez pas à côté de vos droits à la formation, notre offre évolue tous les ans et vous pouvez consulter sa version actualisée sur notre site internet. Si vous ne trouvez pas la formation qui vous intéresse, faites nous des propositions !

*chefs d’exploitation, aides familiaux, conjoints collaborateurs, cotisants solidaires et entrepreneurs agricoles et ruraux

 

Laurent, éleveur bovins

Laurent est éleveur de bovins viande dans le Séronais. Avec un troupeau de 95 mères, il produit des broutards, des veaux rosés et quelques vaches grasses. Il revient sur les raisons de sa participation à la formation « Réfléchir l’implantation des prairies à flore variée pour son élevage » qui a eu lieu le 29 novembre dernier avec Vladimir Goutiers. Agronome en systèmes fourragers. Inra Toulouse.

Nous avons un système basé sur l’herbe avec 15 ha de prairies temporaires, 5 ha de méteil et environ 100 ha de prairies permanentes. Mon objectif est d’améliorer la qualité du fourrage, le rendement de mes prairies et d’allonger leur durée de vie notamment pour limiter les coûts liés à leur réimplantation. Je voulais voir comment, en utilisant les prairies à flore variée, je pouvais gagner en valeur alimentaire, quelles espèces me permettraient d’amener mes  prairies au-delà des 3-4 ans actuels.
Pendant la formation, nous avons pu aller sur deux prairies, celle d’un voisin et une des miennes. Nous avons observé la flore actuelle et vu comment les faire évoluer : quelles espèces et variétés rajouter, comment faire les bons mélanges et les bons dosages pour limiter les concurrences et favoriser le bon développement de toute la flore et utiliser le potentiel maximum de la prairie pour l’alimentation de mon troupeau.  Nous avons vu quelles semences et quels mélanges utiliser en fonction du type de sol pour gagner en durée de vie de la prairie et en qualité alimentaire. J’ai une proposition de mélange que je prévois de tester l’an prochain quand je sèmerai de nouvelles prairies.
La formation nous donne des pistes pour apporter des changements à notre système, aller vers d’autres méthodes pour que cela marche le mieux possible.

"Mon objectif est d’améliorer la qualité du fourrage, le rendement de mes prairies et d’allonger leur durée de vie"

 

Julie et Mathieu, eleveurs commercialisant en vente directe

Julie et Mathieu se sont récemment installés sur la Haute-Ariège en s’associant avec Marc  déjà éleveur. Ils produisent des bovins viande, des ovins et des porcs. Avec leur installation, la vente directe, déjà présente, va prendre de l’importance. La clientèle de particuliers, d’abord constituée par le bouche à oreille, doit donc se développer et un travail de prospection de nouveaux clients est à faire. Il nécessite d’avoir des flyers à laisser aux clients potentiels présentant l’activité, les produits et tarifs. Julie avait commencé à travailler sur ses supports de communication et a souhaité suivre avec Mathieu la formation « Réaliser des supports de communication efficaces ».

Avec Bruno, le formateur, nous sommes revenus sur les règles de bases à respecter pour créer un support qui soit à la fois efficace, attractif et vendeur. Nous avons travaillé sur la structuration du document, sur le contenu pour avoir à la fois toutes les informations utiles mais ne pas surcharger la plaquette, sur la mise en avant des + que nous proposons et qui nous démarquent, par exemple la livraison à domicile. Enfin nous avons travaillé sur la qualité visuelle et les quelques petits trucs à connaître pour donner un caractère professionnel à nos flyers. Bien sûr, Bruno a d’abord abordé les points théoriques incontournables à connaître : sens de lecture, choix des polices d’écritures… mais nous sommes très vite passés à des exercices de création et de mise en application et avons pu travailler sur nos documents. Le fait d’être en petit groupe a permis au formateur de prendre le temps de travailler avec chacun d’entre nous et de nous donner les conseils adaptés à notre projet. Nous avons passé deux jours en formation et aurions été prêts à en faire un troisième pour aller encore plus loin.

 

Jean et Remi, arboriculteurs

Jean et Rémi sont tous deux arboriculteurs sur des exploitations orientées vers la production de pommes dans la plaine d’Ariège. Depuis plus de 7 ans maintenant, ils participent tous les ans aux formations proposées pour les arboriculteurs.

Nous sommes sur un territoire qui n’est pas spécialisé en arboriculture et où nous sommes peu de producteurs. Nous avons rarement l’occasion de nous retrouver et avons parfois le sentiment d’être un peu loin des nouvelles techniques et des évolutions que connaît la production. Les formations proposées régulièrement permettent de créer ce lien entre les producteurs et nous donnent justement  l’occasion de nous retrouver. Elles nous permettent aussi de rester en contact avec les nouveautés surtout celles qui concernent la production biologique. Selon les formations, nous avons des intervenants dont les méthodes pourraient être qualifiées « d’académiques ou classiques » et d’autres, comme récemment Juliette Demaret, qui nous présentent des techniques en cours d’expérimentation et dont l’approche est différente. A nous de voir quelles applications sont possibles ; c’est une ouverture intéressante. Notre groupe de formation accueille régulièrement les arboriculteurs qui démarrent, c’est un accompagnement dont nous avons bénéficié et qu’il est intéressant que des jeunes puissent avoir. Au fil des formations, nous avons traité tous les sujets importants pour notre production : fertilisation, taille, éclaircissage, irrigation, lutte contre les ravageurs, conservation des fruits, nous avons quasiment tout abordé. Les formations se passent souvent chez l’un de nous, cela permet de parler de ce que nous faisons. Prochain sujet : revenir plus en détail sur la fertilisation des vergers.

"C'est un accompagnement dont nous avons bénéficié et qu’il est intéressant que des jeunes puissent avoir"

 

Du nouveau pour la prise en charge des formations des personnes en cours d’installation

A partir du 1er janvier 2019, les conditions d’éligibilité à la prise en charge des coûts des formations par VIVEA pour les personnes en cours d’installation évoluent. Seules les formations indispensables à l’installation inscrites dans le Plan de Professionnalisation Personnalisé (PPP*) du porteur de projet pourront être prises en charge, sous réserve qu’aucune autre source de financement n’existe (compte personnel de formation, financement Conseil Régional…) et que la personne n’ait pas déjà été contributrice VIVEA. Pour plus d’informations, contactez la délégation Sud VIVEA.

*le PPP est un ensemble de prescriptions (stages, formations…) permettant à tout porteur de projet de se préparer au métier de responsable d’exploitation agricole.