Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes nos actualités > Etude sur les retenues collinaires : faire le point du stockage de l’eau

Etude sur les retenues collinaires : faire le point du stockage de l’eau

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

En octobre 2020, une étude s’est mis en place pour faire un état des lieux des retenues existantes sur les deux OUGC présents sur notre département : « "Vallée de l’Ariège" et "Garonne Amont".

Aujourd’hui, nous avons pu compter 187 retenues pouvant être enquêtées sur l’OUGC "Vallée de l’Ariège" et "Garonne Amont". Ces 187 retenues représentent un volume total de stockage de l’eau de plus de plus de quatre millions de m3 (sachant que tous les volumes n’ont pu être encore recensés et seront demandés pendant l’étude). Parmi ces retenues identifiées sur le territoire, 90 retenues ont été étudiées. Les résultats obtenus sur ces 90 retenues indiquent que 35% d’entre elles ne sont pas utilisées. Ces retenues non utilisées représentent environ 20% du volume d’eau des retenues visitées.

à noter que ces résultats ont été obtenus suite à une enquête au cours de laquelle il a été plus facile d’auditer les propriétaires de retenues collinaires qui utilisent régulièrement leur stockage d’eau. Lorsque la retenue est utilisée, l’usage de l’eau est principalement destiné à l’irrigation.
Selon les propriétaires de ces retenues, les volumes prélevés resteront les mêmes sauf si les épisodes de sècheresse tendent à se maintenir chaque été. Concernant l’état des retenues, celles-ci sont entretenues mais les propriétaires rencontrent souvent des soucis par rapport à l’entretien de la digue et notamment pour limiter l’invasion de ronces et végétations arbustives.

Les mesures bathymétriques au programme de cet été

Cet été, les mesures bathymétriques ont pu commencer sur les retenues collinaires non utilisées pour l’irrigation dans l’année. La bathymétrie consiste à utiliser un drône aquatique qui relève la profondeur du lac à différents points, permettant au final, après l’analyse de ces points, de dresser un profil du fond de la retenue et d’en savoir le volume réel à ce jour.

 

Exemple de rendu suite au traitement des données bathymétriques d'un lac

 

Aujourd’hui, 16 retenues ont pu bénéficier de ces mesures. En comparant les volumes théoriques déclarés lors de la construction et les volumes relevés avec la bathymétrie, nous pouvons déduire un taux d’envasement de ces stockages d’eau. On remarque que le volume d’envasement représente entre 3% et 64% du volume total de la retenue, déclaré au moment de la construction. Les retenues qui ont bénéficiées de la bathymétrie cette année (retenues non utilisées) ont en moyenne un taux d’envasement de 40% par rapport à leur volume de base. Il sera intéressant de comparer ce volume d’envasement avec celui des retenues qui sont utilisées pour l’irrigation.

Les études se poursuivent

Cet hiver, l’enquête terrain va pouvoir continuer afin d’avoir plus de retenues étudiées et de retours de propriétaires. Une fois les retenues remplies par les pluies d’hiver, les bathymétries pourront recommencer au printemps 2022. Nous pourrons communiquer sur l’ensemble des résultats l’été prochain !!

 

L'étude en quelques mots


Cette étude consiste à enquêter sur les retenues construites en indiquant leurs caractéristiques (mode de remplissage, pente, hauteur, surface, volumes, etc), leur gestion, leurs usages et leur état. Elle permettra :

- d’enrichir nos connaissances sur la situation actuelle de stockage et de gestion de l’eau

- d’envisager la mise en œuvre de solutions effectives et durables pour sécuriser et optimiser l’usage de cette ressource.

 

 

Pour en savoir plus, contacter Aurélie CABIROL, conseillère Agronomie :

05 61 02 14 00 - 06 17 02 33 25

aurelie.cabirol@ariege.chambagri.fr