Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes nos actualités > COLZA : Comment mettre en place du colza associé dans sa rotation et dans quel intérêt

COLZA : Comment mettre en place du colza associé dans sa rotation et dans quel intérêt

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

L’association du colza avec des légumineuses gélives est une pratique qui s’est développée plus particulièrement dans le nord de la France. Cette association vise à :

 

∙ améliorer la nutrition azotée grâce à la restitution d’une partie d’azote par les légumineuses gélives en sortie d’hiver; si le développement du couvert est suffisant cet apport d’azote peut aller jusqu’à 30 unités;

∙ réduire les dégâts d’insectes d’automne car le nombre de larves d’altises par plante est souvent réduit en présence d’un couvert;

∙ augmenter la concurrence vis-à-vis des adventices;

∙ contribuer à la fertilité des sols par la restitution d’azote et de carbone des légumineuses.

 

Cette technique s’est développée à travers des collectifs dans le Sud-Ouest depuis quelques années. Comment mettre donc en œuvre cette pratique sur notre territoire ?

La pratique du colza associé : beaucoup d’avantages si certaines conditions sont respectées

L'association du colza se fait avec des légumineuses gélives; il faut donc adapter son itinéraire désherbage afin d’éviter de positionner un antidicotylédone trop tôt avant l’hiver. La rémanence phytosanitaire des produits appliqués sur la culture précédente est aussi importante à vérifier. Pour toutes ces raisons préférez une parcelle avec une faible pression en dicotylédones.

De plus, afin d’avoir une implantation réussie et un effet du couvert associé, il est préférable d’éviter les semis tardifs. Les légumineuses n’auront alors pas le temps de se développer pour avoir une biomasse suffisante en entrée d’hiver pour restituer un maximum d’azote et être assez sensibles au gel.

Un été sec comme nous l'avons connu cette année n'est pas favorable à la mise en place d’un couvert associé au colza. Les semis se décalent dans l’attente d’une pluie suffisante pour déclencher l’implantation (une pluie de minimum 10 mm est nécessaire) nous amenant déjà à la mi-septembre. Si l'implantation continue à se décaler jusqu'à début octobre restez sur une pratique plus classique en colza seul pour éviter des frais inutiles.

Quelles adaptions sont nécessaires ?

Comme il a été vu précédemment, l’itinéraire désherbage doit être adapté en utilisant des molécules sélectives des couverts. Si les conditions hivernales n’ont pas permis le gel des plantes compagnes et en fonction de leur développement, il est possible de gérer son couvert chimiquement en sortie d’hiver pour ne pas pénaliser la culture. Ce passage peut permettre en même temps de maîtriser la pression en dicotylédones de la parcelle (application de produits de type LONTREL SG). Cette gestion du couvert peut aussi se faire en novembre si l’enherbement est concurrentiel et peut pénaliser la culture (application de produits comme le IELO).  

Concernant la gestion des maladies et ravageurs, les règles de décisions habituelles restent en vigueur, comme pour un colza seul (se référer au Bulletin de Santé du Végétal qui est publié chaque semaine). Le couvert de légumineuses contribue à réduire le nombre de larves d’insectes d’automne par plante et à maintenir une dynamique de croissance du colza qui sécurise l’impasse d’insecticides d’automne.

Quelles espèces de légumineuses privilégier pour associer au colza ?

Le colza s’associe donc à des légumineuses gélives parmi lesquelles on retrouve la féverole, la lentille, le fenugrec, les vesces et certains trèfles, etc. Le critère de sélection va se faire principalement selon le matériel disponible, le temps et le coût. Avec un semoir à céréales à plusieurs trémies, il est possible de semer les plantes compagnes (avec différentes tailles de graines) et le colza en un seul passage. Dans le cas contraire soit il faudra semer les plantes compagnes au semoir à céréales (semis direct ou combiné surtout s'il y a des petites graines) ou à l’épandeur centrifuge (pour des plantes compagnes avec des grosses graines) suivi d’un passage de herse étrille ou rouleau pour favoriser le contact sol/graine. Dans un second temps, le colza pourra être semé au monograine. Concernant la destruction des plantes compagnes par le gel nous avons des résultats encourageants sur les lentilles et féveroles principalement. Aujourd’hui, des essais avec différentes espèces et des variétés précoces sont en cours afin d’avoir des plantes compagnes beaucoup plus sensibles au gel. En effet, une des principales problématiques que nous rencontrons dans notre région est la destruction de ce couvert associé qui nécessite souvent une gestion avec un désherbage.

 

 

  ZOOM SUR LE COLLECTIF CASO  

Le collectif « Colza Associé Sud-Ouest » (CASO) a été créé en 2018 afin de progresser sur la technique du colza associé dans notre région et aider au mieux les agriculteurs à adopter cette technique. Le groupe rassemble 11 structures :


▸Agrodoc
▸Chambre d’agriculture de l’Ariège
▸Chambre d’agriculture du Lot-et-Garonne
▸Chambre d’agriculture du Tarn
▸Chambre d’agriculture du Tarn-et-Garonne
▸Maisagri
▸OLAGRI Semences
▸Plateforme Agroécologique d’Occitanie (PFAE)
▸Qualisol
▸RAGT Semences
▸Terres Inovia


Aurélie CABIROL,
Conseillère agronomie