Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes nos actualités > Bureau décentralisé : les élus en déplacement à Nîmes

Bureau décentralisé : les élus en déplacement à Nîmes

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Dans le cadre de la mise en œuvre de leur projet stratégique, le bureau de la Chambre d’agriculture s’est rendu à Nîmes les 12 et 13 décembre dernier. L’objectif : visiter le Mas des agriculteurs, un magasin de producteurs créée en 2019 par la Chambre d’agriculture du Gard.

Après avoir décentralisé plusieurs bureaux dans le département, les élus du bureau de la Chambre d’agriculture de l’Ariège se sont dernièrement rendus à Nîmes, dans le Gard. Cette initiative nourrit un double objectif : s’informer sur la création du Mas des agriculteurs et débuter une première phase de formations des responsables professionnels. "Depuis le début de la mandature, plusieurs projets ont été lancés, dont celui de la marque agroalimentaire Ariège et la création d'une ambassade Ariège à Toulouse", explique
Philippe Lacube, président de l’établissement consulaire. "Les échanges avec nos confrères du Gard, à l’origine de la mise en place du Mas des agriculteurs, se sont révélés particulièrement intéressants."

La recherche de la valeur ajoutée au cœur du projet stratégique

   

 

Élus et Direction de la Chambre d'agriculture de l'Ariège le répètent depuis plusieurs mois : la création de la marque Ariège apparaîtrait ainsi comme un débouché possible non négligeable pour
les exploitants ariégeois. "Les échanges avec les élus gardois nous ont permis de comprendre comment leur projet de magasin a été monté et quels soutiens financiers ils ont obtenu. Ces infos nous permettront d'affiner notre feuille de route", précise Philippe Lacube.

Les responsables professionnels se forment à la communication

 

 

Les élus de la nouvelle mandature en ont fait de la communication un des axes majeurs de leur projet stratégique. "Nous souhaitons devenir proactif en la matière et non pas réagir uniquement en réponse à des attaques", étaye Philippe Lacube. "Pour cela, une montée en compétence de chacun est nécessaire." Ainsi, un formateur originaire de l'Hérault  a animé plusieurs ateliers. L'objectif : apprendre à communiquer sur leurs territoires, leurs pratiques et leurs paysages de façon positive. "Nous sommes en passe de déployer un plan de communication ambitieux. Ce travail était donc nécessaire."
Posture, ton, vocabulaire... La formation s'est voulue concrète. "La mise en situation a permis a nous confronter à des situations concrètes. Cela se veut enrichissant", souligne un élu.