Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes nos actualités > Actualités Productions et techniques > CLIMAGIL : face au climat, les agriculteurs sont agiles ! Retour sur la rencontre du 13 janvier

CLIMAGIL : face au climat, les agriculteurs sont agiles ! Retour sur la rencontre du 13 janvier

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Nous commençons à mieux connaître l’impact du changement climatique sur les pratiques agricoles de nos territoires. L’étude CLIMA XXI, réalisée récemment sur trois sites des coteaux d’Ariège, précise les évolutions attendues tout au long du XXIe siècle, et permet à chaque agriculteur de se projeter et réfléchir aux solutions permettant de s’y adapter, en s’appuyant sur des données factuelles.

Justement, le projet de coopération transfrontalière Clim’Agil réunit quatre partenaires des deux versants des Pyrénées pour identifier et faire connaître des solutions éprouvées sur le terrain, qui permettent aux éleveurs de faire face à ces évolutions. Différentes solutions ont été présentées lors de la rencontre du 13 Janvier, comme le sylvopastoralisme, testé en Ariège notamment sur la ferme de Paul Delatour à Saverdun.

Evolution du climat en Ariège au XXIe siècle : résultats de l’étude ClimA-XXI sur la zone de coteaux

Climat et Agriculture au XXIe siècle (ClimA-XXI) est une analyse de l’évolution climatique et agro-climatique qui vise à mesurer l’impact du changement climatique sur les productions agricoles. Les projections sont effectuées en supposant que les émissions de gaz à effet de serre seront stabilisées avant la fin du XXIe siècle à un niveau faible. Dans un premier temps, l’analyse porte sur la polyculture-élevage de coteaux (Mirepoix, Brie, Carla-Bayle).

 

 

Le changement le plus important est l’augmentation de la température moyenne annuelle : + 2°C en 100 ans. Le nombre de jours de gel diminue et le nombre de jours chauds augmente. Le cumul annuel de pluviométrie reste identique mais les années extrêmes, très sèches ou très pluvieuses, sont beaucoup plus nombreuses.

Chiffres clés en 2100 sur la zone des coteaux
  • Déficit fourrager plus fréquent (pluviométrie du 1er avril au 15 juin < 100 mm 1 année sur 10),
  • Mise à l’herbe cinq jours plus tôt (début mars une année sur deux),
  • Première coupe 15 jours plus tôt (mi-avril pour l’enrubannage / 10 mai pour les foins, une année sur deux),
  • Multiplication par quatre du nombre de jours chauds par an (40 jours une année sur deux).

En 2021, nous vous proposerons des ateliers pour mesurer les impacts du climat sur vos productions, et réfléchir ensemble à la meilleure manière de s'adapter.

 

Expérimentation "Ouvertures Sylvo-Pastorales" : visite de l’exploitation de Paul DELATOUR sur les coteaux de Saverdun

  

 

Dans le cadre du projet Agrosyl mené par la Chambre d’Agriculture, des éclaircies dans une jeune forêt (15 ans), constituée de frênes et d’acacias, ont été réalisées en 2017 afin de disposer d’une ressource fourragère supplémentaire en été. Les cloisonnements de 5 m de large tous les 10 m (ouverture de 33% en cime de forêt) permettent à la lumière et aux plantes fourragères d'arriver au sol. Une ouverture trop importante de
50% favorise les ronces et les fougères ! L’éclaircie en bande facilite la gestion : possibilité de passer un tracteur pour broyer, de clôturer dans la bande. Pour la gestion, notamment dans le cas de l’acacia, le broyage des rejets des souches est à faire annuellement pour permettre la bonne circulation des animaux. Pour la majorité des autres espèces, les animaux gèrent les rejets quand ils sont de petite taille. à ce jour, les expérimentations sont menées avec des ovins et des bovins, et aucun dégât n’est à déclarer sur les espèces arborées présentes (les équins et caprins ont été écartés volontairement).